1001 Albums: Olympia 64

# 43

Album_43_Original

Artist: Jacques Brel

Album: Olympia 64

Year: 1964

Length: 28:19

Genre: Chanson / Live

 

 

 

 

“Est-ce d’avoir trop ri
Que leur voix se lézarde
Quand ils parlent d’hier?
Et d’avoir trop pleuré
Que des larmes encore
Leur perlent les paupières?”

Ah, la bonne musique française. C’est dur à croire que je me trouve aimer ce genre de musique, mais voilà. En p’tite dose, j’aime beaucoup ce style de chanson, mais je dois vraiment être dans le mood pour l’écouter. Heureusement pour moi, il a duré même pas 30 minutes. C’était un durer parfait pour mes oreilles parce que plus longtemps que ça, s’aurait été possible que ça commence à être ennuyante pour moi. Ce n’était pas le cas ici. J’ai jamais pensait que je dirais que j’ai beaucoup aimé se sorte de musique. Dans le passe j’avais des personnes qui ont essayé de me faire couter des raconteurs d’histoire comme Jacques Brel ici, mais ça jamais rester avec moi. J’ai honnêtement juste trouvé ça plate. Mais, Jacques Brel est un maitre a raconter des histoires et je suis assez heureux que je l’ai découvert. Ca ce voit de ou ca viens l’influence sur les chanteurs de ce style d’aujourd’hui et c’est claire ils vont jamais atteindre son niveaux.

Aussi, encore je me trouve en train d’écouter un album d’enregistrement public. Je commence à comprendre pourquoi certains ont été choisis mais dans ce cas-là je ne comprends pas vraiment. J’ai essayé de faire des recherches sur cet album, mais j’ai rien trouvé. Il n’a pas grands chose écrit dessus autre qu’il y avait deux versions, l’original de 1964 et un deuxième en 2008. Je me trouve en train de me demander la grosse question encore : Est-ce que j’ai écouté la bonne version?

Oui.

Assez facile cette fois-là.

Attends… qu’est-ce qui s’passe? Pourquoi je suis en train de parler français? Qu’est-ce qui arrive? Je suis content j’ai finalement rencontré un album d’une autre langue que je comprends, mais… pourquoi je suis en train de le parler? Il y a pas de sens, je suis anglophone… ce n’est pas comme je suis un expert sur la langue Française. Même pas proche, je suis en train de faire des grosses faute d’orthographe et grammaire. Je suis sur mes amis francophone qui vont lire ca vont avoir mal aux yeux à cause de mes fautes. C’est pas ma faute mon écriture français n’est pas bon. J’ai pratiquement coulé cette partie-là dans mes cours français. Heureusement pour moi j’ai massacré les présentations oral et les tests d’écoute.

Pendant cinq ans, j’ai travaillé dans un camp de jour français. Mes fautes étaient la grosse blague pour beaucoup de mes collègues.

« Hey! On sort DU piscine »

Ouais, osti que c’est drôle. J’ai dit sort du piscine. On rit.

HAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHA.
En tout cas, je disais des drôles de chose parce que dans ma tête je traduisais les phrases anglaises directement en français. Je suis en train de le faire à ce moment. Comme tu peux voir… des fois ça ne fonctionne pas. Des fois ça fonctionne tellement mal que la phrase que j’ai dit à zéro sens de tout.

QUELQU’UN AIDE-MOI!!!

Je crois que c’est la faute à Jacques. Come on… cheque-le. Il est beau.

Jacques Brel

Ah, qu’il est beau.

Il a mis de la magie sur moi qui me prévente de parlait an Anglais. Peut-être c’est la charme de l’album ou peut-être la musique était tellement beau je pouvais pas m’arrêter.

Donne-moi deux secondes.

AHEM AHEM

Good? Great, sorry about that. I don’ know what came over me. Maybe it really is the magic of this album. Jacques Brel manages to tell stories with such emotional power that it’s hard not to get sucked in to every story he’s telling. He captivates the audience and keeps them in, everyone holding on to each and every word he says.

You might not understand french and you might not be a fan of this storytelling type music, but there’s no denying Jacques Brel does it damn fucking well. Having been exposed to this style quite a number of times, none of them have pulled me in like he does. He really does have a charm to him that I can’t quite put my finger on. It’s one of those odd moments that there’s just something magical to behold and you don’t really know what it is.

But that’s the beauty of magic, it doesn’t need to be explained, it’s just felt. And this performance is heavily one of feeling, as he bursts every one through his lyrics and singing. It takes you on a wild ride, that isn’t an incredibly thrilling one but definitely a very fascinating one. It’s not meant to get you energized and heated but rather meant to make you experience the feelings and emotions that come with it, which to many, is an incredibly exciting experience.

I wouldn’t listen to Jacques in heavy doses,but given the right circumstances, it’s definitely a journey.

Song of Choice: Amsterdam

-Bosco

 

 

 

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s